News

Un passé légendaire, un avenir plein d’espoir : Passez votre week-end à Imola !

Friday, 8 May 2020 08:37 GMT

Un des circuits les plus spectaculaires offrant une ambiance unique et une histoire sans pareille, nous revisitons les plus beaux souvenirs du WorldSBK à Imola.

Le Championnat MOTUL FIM World Superbike entretient une relation de longue date avec l’Autodromo Internazionale di Enzo e Dino Ferrari situé dans la ville d’Imola. Avec ses balcons en guise de tribunes et ses terrasses peuplées de spectateurs, aucun autre endroit n’est comparable au circuit italien. Malgré l’annulation de l’édition 2020, nous nous replongeons dans les annales du WorldSBK à Imola ; de l’épreuve de force en 2002 à une domination plus récente, il y en a pour tous les goûts. 
 
Chaque passionné a son « moment Imola » dans ses souvenirs. Pour beaucoup, ce sera l’exploit de Jonathan Rea, avec son doublé en 2014 sur Honda, réitéré lors de sa première visite au guidon de la Kawasaki en 2015 ! Pour les ducatistes, ce seront peut-être les deux prestations de Chaz Davies en 2016 et 2017 durant lesquelles le Gallois est devenu maître du tracé. Tout compte fait, la firme italienne demeure le constructeur le plus performant à domicile avec 17 victoires, soit plus que toutes ses rivales réunies (Kawasaki 8, Honda 7, Aprilia 1).
 
Eugene Laverty se souviendra sans doute de la Course 1 en 2017, lorsqu’il a dû sauter de son Aprilia à 200 km/h avant que sa moto ne vienne s’exploser contre le mur et prenne feu. Pour Kenan Sofuoglu, quintuple Champion WorldSSP, Imola sera toujours le théâtre de ses adieux à la compétition, un jour chargé d’émotion où il n’a pas pris le départ…
 
En ce qui concerne le WorldSBK, l’histoire a commencé en 2001 avec la tenue de son premier Round. Lors de la dernière manche du calendrier, le rookie Ruben Xaus a signé son premier succès sur le circuit transalpin au terme de la première manche. Au guidon d’une Ducati 996 R, l’Espagnol a battu Troy Corser (Aprilia) ainsi que Colin Edwards (Honda). Troy Bayliss, coéquipier de Xaus chez Ducati, n’a pour sa part pas figuré sur le podium ce week-end-là, mais il s’était déjà assuré son premier titre à l’occasion du rendez-vous précédent en détrônant Edwards. Régis Laconi, qui était parti à la faute dans les derniers tours de la première manche, a remporté la Course 2, mettant ainsi un terme neuf années de disette dans le clan tricolore et devenant également l’un des rares pilotes à avoir triomphé en WorldSBK ainsi qu’en 500cc.
 
En 2002, Bayliss et Edwards se sont retrouvés, et cette fois, c’est le dernier Round à Imola qui allait décider du titre. On a beaucoup parlé de ce week-end… et pour cause ! Ce fut une passe d’armes tonitruante entre deux grands adversaires qui ne comptaient qu’un seul point d’écart avant le rendez-vous transalpin. Le Texan a fini par l’emporter au terme d’un ultime face-à-face. C’est le premier des nombreux titres qui ont été décidés au fil des ans sur le circuit d’Imola.
 
Si ce jour-là Bayliss a dû s’incliner, les éditions suivantes ne l’aideront pas à surmonter cette amertume. Ce n’est que quatre ans plus tard que le représentant Ducati a remporté une nouvelle victoire, mais quand il y est parvenu, en 2006, c’était pour empocher sa deuxième couronne. Sur une Ducati 999, « Baylistic » s’est assuré le titre avec une cinquième place au terme de la première manche et une victoire sublime lors de la deuxième course. Cette édition a également été marquée par l’unique succès en WorldSBK d’un pilote sud-américain, grâce à un certain Alex Barros, lequel disputait sa seule saison dans la catégorie. 
 
En 2009, après deux années d’absence au calendrier, Imola est de retour et c’est Marco Simoncelli qui tient la vedette. L’Italien a rejoint le WorldSBK en raison d’une blessure de Shinya Nakano ; Aprilia avait besoin d’un remplaçant et « SuperSic » n’a pas hésité à sauter sur l’occasion. Le Champion du Monde 250cc a chuté à Tosa durant la Course 1, mais lors de la Course 2, il s’est battu avec son coéquipier Max Biaggi pour la troisième position. Un dépassement spectaculaire à la dernière chicane lui a permis de se hisser sur la troisième marche du podium derrière Michel Fabrizio et Noriyuki Haga, tandis que Biaggi devait se contenter de la quatrième place. Un an plus tard, Biaggi a écrit sa propre page d’histoire à Imola, en remportant son premier titre, ainsi que ceux d’Aprilia et de l’Italie en WorldSBK.
 
En 2011, ce fut au tour de Carlos Checa de s’illustrer. Favori pour le titre depuis le début de la saison, l’Espagnol a terminé troisième de la première manche et signé une splendide victoire lors de la Course 2, s’approchant encore un peu plus de la couronne. Une semaine plus tard, il a finalement empoché le titre en beauté avec un doublé à Magny-Cours, devenant ainsi le premier et le seul Espagnol sacré Champion WorldSBK.
 
Alvaro Bautista a débarqué à Imola pour la première fois de sa carrière en 2019 et après 11 victoires consécutives, l’Espagnol a tout compte fait été battu par Jonathan Rea (Kawasaki Racing Team) le samedi. Un tournant dans le Championnat, Bautista n’a pas fait le poids face au Nord-Irlandais sur le circuit italien l’année dernière.
 
Imola est un rendez-vous incontournable du calendrier WorldSBK et, même s’il ne pourra pas y figurer en 2020, le circuit d’Imola offre de nombreux souvenirs et ce week-end, nous sommes bien décidés à revivre ces moments.
 
Suivez la saison 2020 lorsque les hostilités reprendront en souscrivant dès maintenant au VidéoPass WorldSBK !